Des reportages multiples et "à l'internationnal (Canada - USA)" :

- L' ARTICLE DU REPORTER RICHARD CLOUTIER (Montréal)

Qui est Rusbee Legueleck alias Gérard Mauer ?
Portrait d’un prolifique auteur d’aventures et de mystères. 
19 déc. 2009 Richard Cloutier 

Romancier et nouvelliste, son plus récent roman d'aventures : "Un amour d'Opales", est paru chez Édilivre de Paris, dans la collection Coup de coeur. 

Auteur prolifique né à Luxembourg le 30 septembre 1955, Gérard Mauer alias Rusbee Legueleck, se considère davantage comme un « divertisseur » qu’un écrivain. Il a d’abord publié en 2006 un « roman de plage » aux Éditions Amalthé de Nantes : "L’Estacade".

Un vol, une fuite et une histoire d’amour aussi étonnants qu’inattendus.
L’Estacade est un roman d’aventures dont l’élément déclencheur, un vol dans un casino clandestin, mène le héros dans une longue fuite depuis Luxembourg à Noirmoutier. Une histoire menée sur les chapeaux de roues dont la conclusion est rien de moins que surprenante.

Roman "Un amour d'Opales" : de Noirmoutier aux îles du Pacifique.

Publié en 2008, Un amour d’Opale, le grand roman d’aventures signé Rusbee Legueleck, est ni plus ni moins que la suite de L’estacade. L’intrigue initiale est du moins réinstallée. Puis, la découverte d’un trésor mythique sur l’Île de Raïatea, en Polynésie française, s’avère avoir une incidence importance sur le destin des aventuriers qui peuplent ce nouvel écrit rempli d’actions.

Recueil : "Vous avez de mes nouvelles ?"

Côté courts récits, Rusbee Legueleck, également chez Édilivre de Paris, signe en 2009 un recueil comprenant six nouvelles avec, pour objectif avoué, de faire rêver ses lecteurs. Le recueil, publié dans la collection Classique s’intitule Vous avez de mes nouvelles ? Sa particularité tient au fait que l’auteur s’est prêté au jeu de rédiger chacune d’elles dans un style différent.

Le seul point de référence commun entres-elles et surtout avec le style propre à Legueleck, demeure la variété des lieux où elles sont plantées. L’ouvrage nous amène effectivement au Maroc, en Belgique et à Noirmoutier (évidemment !). Il contient, en prime, une enquête criminelle originale basée dans un vignoble vendéen.

Une nouvelle policière "Maheureux concours de circonstances" va être publié par les Editions Strapontins.

Un roman policier à venir "Cuvée rouge sang"est en écriture et sera publié par les Editions Strapontins (?)

Mauer \ Legueleck partage actuellement son temps entre ses blogues, FB et la rédaction de son prochain roman. De fait, le sympathique auteur est plongé dans l’écriture de "Cuvée rouge sang", un premier roman proprement policier.

Oui mais, pourquoi Rusbee Legueleck ?

S’il faut en croire sa propre explication : « Rusbee est le nom anglicanisé de ma chienne Tervuren et j'aime bien Legueleck, je trouve que cela sonne bien, à la fois celte, breton et vendéen... ...Tout à fait MOI !*Waf ! Waf ! Waf !...et RE-Waf ! »

C’est sous les conseils de ses proches que Gérard Mauer a décidé de partager ses écrits avec le grand public. Depuis, l’écriture est une véritable passion et il navigue allègrement dans l’industrie de la littérature. Le tout, pour le plus grand bonheur de ses nombreux fans, avec qui il partage régulièrement ses humeurs, notamment sur Facebook et ses nombreux blogues.


- INTERVIEW POUR LE SITE SCENARYO :
http://scenaryo.fr/

Fred : Bonjour Rusbee, vous venez de faire paraître 
« Un amour d’Opales Quel est votre auto-critique de ce roman ?
Rusbee : Comme pour tous les premiers romans, on se lance en donnant le meilleur de soi-même tout en sachant que nous sommes un novice dans notre art et qu’il ne faut pas s’attendre à quelque chose d’extraordinaire. Toutefois, le résultat est très surprenant et je suis assez étonné de constater que « Un amour d’Opales » caracole parmi les meilleures ventes de la maison d’édition EDILIVRE à Paris. Je tiens à rappeler à vos lecteurs que je publie « à compte d’éditeur » et que donc tout est pris en charge par la maison d’éditions, je n’ai rien dû investir pour le faire paraître.
La meilleure auto-critique que je puisse vous donner, c’est que je ne me lasse pas de le lire et de le relire et que chaque fois, je parviens encore à m’étonner moi-même de l’avoir écris.
Et pourtant « SI », c’est moi !


Fred : Quelle étiquette n’aimeriez-vous pas que le roman porte ?
Rusbee : Je ne veux pas que les gens s’imaginent qu’il s’agit d’un roman d’amour !
C’est un roman d’aventure au sens strict du terme !
Quand je parle d’amour d’Opales dans le livre, il s’agit du surnom d’une princesse polynésienne qui lui a été attribué pour son magnifique et incroyable collier d’Opales. Il constitue un fabuleux trésor et toute l’histoire gravite autour de ce collier. 
Actions, règlements de comptes, arnaques…et quelques amourettes sont l’âme de ce roman.


Fred : Seriez-vous capable de faire un pitch du roman ?
Rusbee : Un pitch ? Mais pourquoi pas !
Le roman est scindé en deux parties : « Un ange… » et « La Princesse Opales ».
Un ange : Un vol est commis dans un casino clandestin au Luxembourg, suivi d’une cavale qui emmène le lecteur sur l’Île de Noirmoutier, des règlements de comptes…et une petite histoire d’amour.
La Princesse Opales : Des intermittents du tourisme en Polynésie découvrent par hasard un trésor historique englouti au large des côtes de l’Île de Raïatea, s’ensuit un affrontement avec des chasseurs de trésors et leur patron mafieux américain milliardaire, la remise du trésor aux autorités et la mise fors course « des méchants » grâce à une arnaque très dangereuse.
Mais quel est le lien entre ces deux histoires ?


Fred : Quand vous écrivez, vous avez les personnages qui évoluent devant vous comme dans un film ?
Rusbee : Absolument ! Et je dois bien le faire éprouver aux lecteurs car c’est la première chose qu’ils me disent : « C’est un film !»


Fred : « Un amour d’Opales » pourrait être facilement adapté au cinéma ?
Rusbee : Il a tout pour cela, mais il ne faut pas rêver….


Fred : Comment construisez-vous vos histoires ? Vous prenez des notes, vous avez un plan ou c’est du feeling ?
Rusbee : C’est spontané ! Je m’installe devant l’ordinateur tôt le matin, je pense à quelques souvenirs, les infos du jour, les films que j’ai vu, le dernier livre que j’ai lu…et je démarre si la porte de l’imagination s’ouvre pour moi à ce moment-là. Ensuite, c’est mon imagination débridée qui fait le reste. Un zeste de documentation par internet pour vérifier la crédibilité de mes alléguations…voilà la recette Rusbee Legueleck.


Fred : Qu’est-ce qu’on peut souhaiter à un auteur qui a un cœur d’adolescent comme vous ?
Rusbee : De le garder…

- Interview pour Plume-Service : Sandrine Duffand.

Sandrine : Pourquoi écrivez-vous ?
Rusbee : Pour me libérer !
Pour donner libre cours à mon imagination débordante, à mon désir de créer…

Sandrine : Qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire ?
Rusbee : Alors que je venais de divorcer, je me trouvais assis sur une plage de l’île de Noirmoutier et j’étais occupé à regarder l’infini de l’océan Atlantique quand j’ai senti pour la première fois le terrible sentiment d’être seul. Pour échapper à cette solitude, j’ai recherché la compagnie des mots et je me suis inventé des histoires…J’ai commencé à écrire !

Sandrine : Avez-vous été "nègre" pour d'autres auteurs?
Rusbee : Jamais ! J’ai déjà assez de travail avec moi…

Sandrine : Combien d'ouvrages avez-vous écrit?
Rusbee : Mon premier ouvrage, « L’estacade » a été publié « à compte d’auteur » (j’ai payé pour être publié et référencié) chez un éditeur-imprimeur de Nantes : Amalthée. Il s’agissait d’une longue nouvelle destinée à me permettre de comprendre comment fonctionnait le milieu littéraire. Cette étape franchie, j’ai intégré cette nouvelle à un roman et désormais je publie « à compte d’éditeur » (la maison d’édition paie tout). 

Plusieurs ouvrages sont alors publiés par Edilivre :
- un roman d’aventure et de voyage : « Un amour d’Opales »,
- un recueil de nouvelles assez cocasses : « Vous avez de mes nouvelles ? », 
- un recueil de poèmes, avant c’étaient des chansons : « Délits de poésie », illustrés par Pascal 
Bouquerel artiste à Saint-Nazaire,
- un conte à colorier, un vrai concept éducatif : « Reno au Pays des Poissons – épisode 1 », 
j’ai écris le texte de l’ouvrage destiné aux enfants sur une idée de Pascal Bouquerel et à 
partir de ses dessins (50 dessins, 100 pages, une histoire…). Il s’agit d’une série.
- un recueil de nouvelles, petit livre à petit prix : « En passant par ma Lorraine… », cet 
ouvrage est spécialement conçu pour être abordable par les lectrices et lecteurs lors de 
Salons, de Marché aux Livres, de dédicaces….Il va sortir prochainement !
- un roman policier, en fin d’écriture : « Cuvée rouge sang », sortir prochaine annoncée….

Sandrine : Quel est celui que vous préférez? Et pourquoi?
Rusbee : Le premier roman bien sûr ! « Un amour d’Opales » qui m’a procuré mes premiers frissons d’auteur.

Sandrine : Quel est le nom de votre premier ouvrage?
RUsbee : "L'estacade"

Sandrine : Quel est le nom du dernier "y compris non publié"?
Rusbee : « Cuvée rouge sang », quisera en fait la suite « illogique » de « Un amour d’Opales ». Les personnages s’y retrouvent par hasard et l’aventure continue…

Sandrine : Quels sont vos projets en écriture?
Rusbee : J’ai en projet une trilogie qui se déroule dans le milieu du show business, les aventures et la vie trépidante d’un jeune chanteur devenu une star par accident.
« Destin de Star », « L’héritage maudit » et « Naufrage d’une icône ».
Le premier et le deuxième sont déjà bien avancés.
J'espère continuer ma collaboration avec Pascal Bouquerel pour le conte éducatif à colorier « Reno au Pays des Poissons », plusieurs épisodes sont encore prévus.

Sandrine : Coachez-vous des jeunes auteurs? Si oui qui?
Rusbee : J'ai épaulé beaucoup d’autres auteurs pour les aider à se faire publier. Près d’une vingtaine, mais je ne citerai pas leurs noms car si j’en oublie un, il ne sera pas content…

Sandrine : D’où êtes-vous originaire ? Vous avez un pseudo original ?
Rusbee : Mon vrai nom est Gérard Mauer ! Je suis né à Luxembourg, de nationalité belge, j’ai résidé très longtemps à Athus en Belgique puis dans l’est de la France à Longwy…mais je suis amoureux de la Vendée et de l’île de Noirmoutier, je compte bien parvenir à m’y établir un jour prochain. C’est là que j’ai recueilli ma chienne Tervuren qui se nomme Rusbie.
Pour trouver mon pseudo, j’ai simplement anglicanisé le nom du toutou pour en faire Rusbee. Quant à Legueleck, je cherchais un nom à consonance celte et je l’ai trouvé sur le casting d’un film à la télévision…je pense qu’il s’agissait d’un caméraman. 
C’est ainsi qu’est né « Rusbee Legueleck » !

Et voilà !
Amicalement vôtre, 
votre serviteur Rusbee.

-  Article sur le MIDNIGHT TIMES - USA, édition internationale :http://themidnighttimes.com/culture/books/2012/04/18/introducing-rusbee-legueleck-when-modesty-becomes-self-effacement_4578.html

- Interview audi par LIVRE AUDIO -  Radio AUDIOCITE : 

https://archive.org/details/InterviewDeRusbeeLegueleck

Rusbee et Rusbie lors de mon retour de République Dominicaine où j'avais été invité par mes amis Thierry et Majo Laurent afin de faire des repérages pour le prochain roman policer/voyage "Cuvée rouge sang" dont la sortie est prévue en 2013.